L'abbatiale Saint-Pierre Saint-Paul

   L'abbatiale de Solignac date du XIIème siècle. Elle est bâtie entièrement en granit. Elle fait partie de la petite famille des églises romanes à file de coupoles, et la seule à se trouver encore dans sa pureté architecturale d'origine.  

 

  Le porche, est construit sur les restes de l'abbatiale carolingienne précédente , ce qui explique que son axe ne coincide pas exactement avec celui de la nef . C'est la partie la plus récente du bâtiment (début XIIIème) comme en témoigne la croisée d'ogives, début du gothique. Il est surmonté d'un clocher-mur qui remplaça en 1810 l'ancien clocher roman, deux fois plus haut qui s'effondra en 1783.

           

   L'intérieur se caractérise par la pureté de l'architecture, la sobriété de l'ornementation, la solidité et l'équilibre de l'édifice. Il se compose d'une nef unique et d'un choeur sans déambulatoire. Le transept sud est raccourci à cause des bâtiments conventuels existant au moment de la construction de l'abbatiale.

   L'église a une forme de croix latine orientée est-ouest . La longueur intérieure totale est de 70m, la longueur du transept, 37,4m, la nef mesure 14,6m de large, et la hauteur sous coupole est de 18,4m pour la nef et 19,1m pour la croisée.

   Les stalles datent du XVème siècle. Elles occupaient à l'origine une grande partie de la nef puis furent placées dans le choeur et enfin mises à leur emplacement actuel après restauration en 1983.

   La peinture murale de saint Christophe, du XVème, à l'entrée du transept droit a été découverte en 1950 et restaurée après avoir été décollée du mur et placée sur un support inerte, évitant ainsi les effets néfastes des remontées d'humidité dans son pilier support.

Description et informations

   

 

 

    Dans la chapelle du transept nord, au dessus de l'autel se trouve une statue de saint Michel terrassant le dragon, en bois polychrome du XVIIème siècle.
 
    Dans la chapelle du transept sud, au dessus de l'autel, se trouvait à contre-jour une statue de la Vierge portant l'enfant Jésus, en bois polychrome du XVIIème siècle. Elle a été déplacée en avril 2017 dans l'angle contigu et mise sur un socle taillé dans un cèdre couché par la tempête de 1999.
 

   Toutes les fenêtres du choeur étaient ornées de vitraux du XVème siècle ; endommagés par une tempête, les images restantes ont été récupérées et regroupées dans les trois fenêtres de l'abside lors de la restauration de 1980




Dans la fenêtre côté gauche, le vitrail montre saint Martial, le martyre de sainte Valérie et les deux compagnons de Martial, Alpinien et Austriclinien
 Dans la fenêtre centrale, sont représentés
saint Éloi, la Sainte-Trinité,
une descente de Croix
  Dans la fenêtre côté droit, sainte Catherine, les armes royales rappelant l'origine royale de l'abbaye et l'abbé Bony de Lavergne, restaurateur de l'abbaye au XVème siècle, qui a commandé et financé les stalles, la peinture murale et les vitraux.
 

   Les deux tableaux au fond de l'abside datent de la fin du XVIème siècle.

Tentation du Christ après son jeûne de 40 jours

  L'agonie au jardin de Gethsémani

 
 

   À l'entrée de l'absidiole axiale se trouve un autel double face donné à l'abbaye en 1653. Il permettait de célébrer la messe des deux côtés. Il est orné de deux anges que l'on trouve souvent sur les autels de la même époque, l'un en attitude d'adoration l'autre suppliant. Sous cette absidiole, une sorte de cryte avait été aménagée pour y déposer les reliques de saint Théau, moine de l'abbaye mort en 700 qui vécut en ermite à l'emplacement actuel de l'église du Vigen.

           

           

   Les deux absidioles latérales sont fermées par des grilles . Celle du nord renferme quelques reliques et restes du trésor de l'abbaye.

           

   L'abbatiale de Solignac présente la particularité, sans doute unique au monde, d'avoir des modillons et des chapiteaux strictement identiques face à face, du début de la nef jusqu'au fond de l'abside. En outre, chaque fenêtre possède deux chapiteaux identiques. Chaque sculpture a sa signification symbolique, tant à l'intérieur de l'édifice qu'à l'extérieur, mais le sens de beaucoup nous échappe encore.

   Le dernier modillon de la première photo de la première travée ( mur sud) est identique au premier de la deuxième photo (mur nord) qui lui fait face. De même, le deuxième est identique à l'avant-dernier etc.

 

 

   La même symétrie se poursuit dans la travée suivante.
 

   L'espace liturgique du choeur a été réaménagé en 2010.

Un site fait revivre le projet, sa réalisation, son inauguration et présente les photos des "anciens choeurs" : choeur de l'abbatiale

   A l'extérieur, au dessus du portail de saint Michel a été incrusté un bas-relief en calcaire de provenance incertaine.

 

           

   Il convient de noter la présence d'une frise de billettes au-dessus de la fenêtre de l'absidiole axiale, à l'extérieur, marque flagrante que Solignac appartient au chemin de St. Jacques de Compostelle.

           

Source : fiche de visite de l'abbatiale, Paroisse et OTSI ( la fiche détaillée est en vente à l'abbatiale )

 

retour à l'accueil

retour à la page précédente

 

   Pour en savoir encore plus, vous pouvez nous quitter quelques instants afin de consulter ces sites extérieurs intéressants :

- Histoire de l'abbatiale par Edmond Laubat

- Sur le site "romanes.com":

- Photos de l'abbatiale

- Diaporama sur les stalles

- Sur Wikimedia : 110 photos

- Émission de 10 minutes sur KTOTV en 2004

- Autres églises romanes à files de coupoles