L'église du Vigen

Cette page montre l'ensemble des statues de l'église avant sa restauration en 2014

retour à la page "Église du Vigen"

Les statues remarquables

cliquer sur les images pour les agrandir

1- SAINTE RADEGONDE «  Celle qui ne voulait pas être reine »

Sculpture en bois, taillé, peint,polychrome

Fin du XVIIème siècle

Apres l'assassinat de sa famille, elle est promise au roi Clotaire 1er à 11 ans. En 536 est mariée au Roi, dès lors elle passe l'essentiel de son temps dans les chapelles, les dispensaires, et parmi les miséreux. Le drame de 555 à Thuringe (insurrections et massacres) la pousse à quitter le roi. Elle opte pour la fuite à Saix (Poitou-Touraine) puis au tombeau de Saint Hilaire de Poitiers… Clotaire décide d'abandonner sa recherche et lui bâtit un monastère.

2- Saint Jérôme « Le docteur savant et irascible »

Peinture à l'huile sur toile Fin du XVIIème siècle

Savant en littérature et en rhétorique, il parcourut l'Italie et la Gaule. Ermite en 370 à Antioche, il étudia l'hébreu. Il entreprit l'écriture de la vie de Paul de Thèbes avant de devenir secrétaire du pape Damase 1er. Ensuite il révisa l'ensemble des traductions latines de la Bible... Un scandale éclata parce qu'il éduquait un cercle de femmes chrétiennes ou veuves. Exilé à Bethléem, il avait créé avec deux disciples femmes une communauté de nonnes, un monastère, un hospice pour les voyageurs et une école pour les jeunes.

3- Saint Fiacre « Le Saint jardinier »

Sculpture en revers sculpté XVème siècle

Fiacre est né au début du VII e siecle dans une noble famille irlandaise. Il passe en Gaule a la suite du grand mouvement religieux qui entraîne beaucoup de ses compatriotes vers le continent. Il s'arrete a Meaux ou il est accueilli par l'éveque, qui lui donne l'autorisation de s'établir comme ermite en foret de Breuil. Selon la tradition, l'éveque lui aurait octroyé en toute propriété l'espace de terre qu'il pourrait entourer d'un fossé en une journée de travail. Fiacre, laissant traîner son bâton derriere lui, aurait vu le sol se creuser de lui-meme et les arbres déracinés tomber de droite et de gauche. Ses légumes plantés, Fiacre pense meme aux plantes médicinales pour les malades et aux fleurs, « ces sourires de la terre » pour orner le petit oratoire qu'il bâtit en l'honneur de Marie. Il construit aussi un hospice pour les malades de plus en plus nombreux qu'on lui amene de tous les coins du pays. Fiacre partage son temps entre la priere, le travail manuel et le soin des pauvres.

Il meurt vers 670 au Breuil ou se construit un monastere autour duquel se forme un village qui portera son nom. Les pelerins affluent sur son tombeau pour demander la guérison de toutes sortes de maux. On venait meme autrefois l'invoquer contre les hémorroides, le « mal de saint Fiacre », la tradition affirmant qu'il suffisait de s'asseoir sur la pierre sur laquelle le saint avait l'habitude de s'asseoir pour etre guéri.

 

4 - Vierge à l'enfant

Sculpture en bois, taillé, peint,polychrome

XVème siècle

Vierge à l'enfant . La sculpture présente une Vierge couronnée portant l'enfant Jésus sur le bas droit. Elle est debout, vêtue d'une robe ornée de bandes de fleurs en reparue, elle porte un rosaire autour de la taille.

5- Vierge à l'enfant

Peinture sur toile, peinture à l' huile

Fin du XVIIIème siècle

La peinture présente la Vierge assise, de profil, vêtue d' une robe décolletée. Présenté aux fidàles, l'enfant Jésus esquisse un sourire.

6- Le Prophète

Sculpture en bois, polychrome

Fin du XVème siècle

Prophète portant des attributs: phylactère et bourse.

7- Saint Mathurin « Le confesseur »

Sculpture en bois, taillé, peint,polychrome

Fin du XVIIème siècle

D'apres la légende, Mathurin naquit a Larchant, de parents paiens.Il fut secretement baptisé par l'éveque Polycarpe a l'âge de douze ans. Il convertit ses parents, devint pretre a l'âge de vingt ans et commença des lors a accomplir des miracles. Il avait un don particulier pour calmer les énergumenes et chasser les démons. Sa réputation s'étendit dans la région et bien au-dela, au point que l'empereur en entendit parler et le fit mander pour soigner sa belle-fille. Mathurin lui fit boire un peu d'huile qu'elle rendit sur le champ, avec le démon qu'elle avait dans le corps. Apres avoir renvoyé en enfer cet esprit mauvais, Mathurin vécut encore trois ans dans la Ville éternelle, mettant au service des chrétiens persécutés l'amitié que lui vouait la famille impériale. Quand il mourut, le jour des calendes de novembre, on l'inhuma dans un cimetiere romain ; mais c'est a Larchant qu'il voulait reposer ; aussi obtint-il la grâce de ressusciter la nuit suivante, et il retourna se faire enterrer dans son village. La légende de la délivrance de la fille démoniaque valut a saint Mathurin d'etre invoqué pour la guérison des fous.

8- Sacré Coeur

9- Saint Antoine de Padoue « Le Marteau des hérétiques »

Sculpture en bois, polychrome XIXème siècle

Fils de chevalier portugais, il entra au couvent des chanoines de Saint Augustin. En 1220, il fut ordonné prêtre et il rejoignit les franciscains en Afrique du Nord pour être émule des martyrs. En quittant le Maroc car il était malade, son bateau se perdit mais par miracle il se retrouva à Messine. Il assistait alors au Chapitre des Franciscains à Assise. Grâce à ses prédications,il devint premier lecteur en théologie des franciscains puis, ministre provincial en Emilie ou en Romagne. Il mourut en 1236. il prêcha dans toute l'Italie et fit venir des foules.

10- Sainte Vierge

Plâtre peint sulpicien

Fin XIXème siècle

11- Grand Christ

Fixé sur le mur oriental du choeur, au dessus du maître-autel. Croix tréflée.

Entre le XVIème et le XVIIème siècle probablement

Au Vigen, en face de la chaire, le grand Christ a été remplacé par un sacré-coeur sulpicien. Le grand Christ a été placé au dessus du maître-autel. De couleur pierre, avec quelques traces de dorure, quatre gouttes de sang au côté, les paupières baissées, ce grand Christ rappelle la demande du Saint-Office qui voulaient proscrire les représentations du Christ avec des plaies au côté et les yeux ouverts parce que la plaie au coté a été infligée au Christ mort.

Il comporte une croix aux extrémités tréflées, et est conçu dans le respect des décrets du Concile de Trente (1545-1553).

12-Personnage adorateur à droite du Grand Christ, sans doute Saint Jean. Il faisait partie d'une autre scène de crucifixion.

Sculpture bois, taillé, peint, sur apprêt, monochrome

XVIIIème siècle

 

 

13- - Personnage adorateur à gauche du Grand Christ peut-être Marie, sa mère ou Marie Madeleine. Elle faisait partie de la même scène de crucifixion que la statue précédente.

Sculpture bois, taillé, peint, sur apprêt, monochrome

XVIIIème siècle

Elément de la scène de la crucifixion. Disposé à la gauche du Christ, les mains croisées sur la poitrine dans le geste de déploration, elle a le regard levé vers le Christ supplicié

 

14- Ange, Suspension Eucharistique

Sculpture en bois, taillé, doré, sur apprêt

Fin du XVème siècle classé aux monuments historiques

Visage poupin sous une opulente chevelure bouclée, robe serrée au cou, à longs plis creux et larges manches, bras allongés et mains jointes.

Cet ange est le vestige de l'ancienne suspension installée au dessus de l'autel. Aux mains jointes, était accrochée par une corde, sous un voile, la custode ou la colombe contenant la réserve eucharistique, qu'un mécanisme permettait d'abaisser ou de lever à volonté.

16- Saint Mathurin

Plâtre peint sulpicien Fin XIXème siècle

Saint Mathurin de grande dimension installé sur l'autel qui lui est dédié dans le croisillon nord à la place de l'ancienne image plus petite en bois.

 

autres statues du XIXème
Saint Joseph
Sainte Anne, mère de Marie
Saint Curé d'Ars
?
autel

retour à la page "Église du Vigen

retour à l'accueil